La médecine au Moyen-âge et ce qui est encore utilisé aujourd’hui

Le Moyen-âge, qui débute avec la chute de l’empire romain au Ve siècle et se termine au XVe siècle, est souvent considéré injustement comme une période noire de l’Histoire. C’est pourtant une époque qui a connu de grandes avancées dans plusieurs domaines et notamment la médecine. Au début du Moyen-âge, les connaissances médicales reconnues se fondaient principalement sur les textes médicaux de l’Antiquité grecque et romaine ayant échappé à la destruction. À cette époque, la médecine était également basée sur une Vision du Monde, dans laquelle des facteurs tels que le destin, le péché et les influences astrales jouaient un rôle aussi important que les causes physiques. On peut donc dire que la frontière entre la médecine traditionnelle, la religion, l’astrologie, la magie ou le mysticisme était très imprécise et mouvante.

A. La médecine au Moyen-âge, dépassée ou même nuisible aujourd’hui ?

La médecine moderne est difficilement concevable sans la médecine du Moyen-âge. La phytothérapie est d’une grande actualité et ses effets sont incontestés. Mais même aujourd’hui, la connaissance de l’anatomie humaine et des nombreux processus de notre corps est basée sur les recherches et les expériences du Moyen-âge. La chirurgie moderne serait également impensable sans l’expérience des saignées, de l’ouverture du crâne et de l’amputation.

1. Coin ou guérisseur ?

Lorsqu’on essaye d’identifier à la médecine du Moyen-âge, cela donne des frissons. On aime associer involontairement le sombre Moyen-âge à des choses dépassées, démodées, sombres et mortelles. En termes de médecine, cela signifie qu’il y avait peu de chances de guérison, que la peste et le choléra ne pouvaient être traités. Une jambe cassée entraînait souvent la mort sans qu’aucun charlatan ne puisse aider. Et enfin, on sait que les gens ne vieillissent pas. Mais outre les promesses de guérison flagrantes de certains charlatans, il y avait de sérieux guérisseurs qui s’affairaient à ouvrir la voie au progrès, quoique laborieusement, mais régulièrement. De nombreuses méthodes médicales modernes ont leur origine au Moyen-âge. Sans les expériences de la médecine médiévale, les interventions chirurgicales d’aujourd’hui seraient impensables. L’effet des agents pathogènes serait encore inconnu. Et les connaissances sur les effets curatifs des herbes sont toujours valables aujourd’hui et connaissent même une renaissance.

2. Empirisme et coïncidence

En même temps, de nombreux guérisseurs du Moyen-âge n’étaient pas des médecins au sens moderne du terme. Ce n’est qu’au fil des siècles qu’une certaine spécialisation s’est établie. Il y a une large ligne de démarcation entre le barbier et les baigneurs, l’herboriste et le pharmacien, les spécialistes d’aujourd’hui de différentes orientations et le chirurgien cardiaque. Mais dès le VIIIe siècle, les guérisseurs s’efforçaient déjà de maîtriser les terribles conséquences d’épidémies généralisées comme la peste. La base microbiologique n’était pas connue. Mais dans le cadre de leurs observations réelles, les guérisseurs ont pu constater que les saignées apportent au moins un soulagement lorsqu’une infection telle que la peste est présente. La recherche empirique a également permis de découvrir, par exemple, que la saignée entraîne le soulagement de l’obésité et de l’hypertension.

3. Algue pour goitre

De quelque expérience que ce soit. On sait aujourd’hui, par exemple, qu’un dysfonctionnement de la glande thyroïde est dû à une formation excessive de goitres. La médecine médiévale traite ce problème en administrant des algues à forte teneur en iode. Il n’en va pas autrement aujourd’hui. Seules les algues ont été remplacées par des doses plus précises d’iode sous forme de pilules. Bien sûr, il n’y avait pas de pénicilline au Moyen-âge. Cependant, la médecine moderne n’aurait probablement pas découvert la pénicilline sans la médecine du Moyen-âge. Les infections des plaies ont été traitées avec succès grâce à des moisissures cultivées sur des crottes de mouton et du miel. L’effet était en fait basé sur le fait que ces moisissures produisaient de la pénicilline. Aujourd’hui encore, la pénicilline, avec d’autres antibiotiques, est l’un des principes actifs indispensables.

4. Une belle couture

Il est indéniable que la médecine au Moyen-âge était souvent associée à de terribles douleurs et souffrances. Sans anesthésie sauf avec un maillet et de l’alcool, les os sont redressés et les blessures sont recousues. Quiconque a déjà eu un vrai mal de dents peut deviner l’agonie que provoquait une dent enflammée au Moyen-âge. Malgré l’augmentation de la torture, l’extraction de la dent était la seule possibilité de guérison. Malgré des méthodes et des précautions raffinées, c’est encore aujourd’hui le dernier recours si la dent ne peut être sauvée. Même si ce n’était pas très agréable au début, la suture des grandes plaies était le seul moyen d’empêcher le patient de se vider de son sang. Partant de l’observation qu’avec des blessures plus petites, le saignement s’arrête de lui-même et les bords de la plaie guérissent ensemble, l’idée évidente a été développée de réduire la taille de la plaie par suture. Au fond, les étudiants en médecine n’apprennent rien d’autre, mais ils s’entraînent minutieusement sur des peaux d’animaux ou même sur des bananes.

5. Jardins d’herbes aromatiques monastiques

Ce n’est pas par pur ennui que les frères et sœurs du monastère se sont occupés intensivement de la culture ciblée des herbes et des plantes médicinales. Car outre les plaisirs d’une cuisine bien assaisonnée, ils connaissaient depuis longtemps l’efficacité de diverses plantes. Là où, à l’extérieur des murs du monastère, des femmes aux herbes connues pour leurs pouvoirs de guérison étaient dénoncées comme sorcières et brûlées comme telles, des recherches systématiques sur les effets de diverses plantes et herbes médicinales ont été menées à un stade précoce. L’application la plus connue à ce jour est la liqueur de plantes à haute résistance, qu’on dit qu’elle a des effets agréables sur le système digestif. Les propres créations respectives des monastères de propagation sont en partie connues et populaires jusqu’à aujourd’hui.

B. La médecine au Moyen-âge jusqu’à nos jours

Cependant, la renaissance actuelle de la médecine dite monastique va bien au-delà de l’effet enivrant du schnaps. De nombreuses découvertes, qui sont encore valables aujourd’hui, sont basées sur le développement de la médecine médiévale. L’effet calmant de la valériane et du millepertuis est bien connu. Mais beaucoup d’autres plantes contiennent des substances très efficaces. Bien plus souvent qu’on ne le pense pas, la phrase contre cela, une herbe a poussé a gardé toute son actualité. Ce n’est pas pour rien que les remèdes à base de plantes médicinales sont de plus en plus populaires de nos jours, car on craint les effets secondaires des développements chimiques. Tout n’était pas aussi efficace que ce que l’on supposait dans la médecine monastique. Les fausses traditions, les transcriptions et les mauvaises interprétations en font également un domaine de recherche qui doit encore être cultivé. Les écrits aujourd’hui, on dirait : l’icône de la médecine monastique, qui sont populaires aujourd’hui, ne sont plus disponibles dans l’original. Des erreurs se sont donc glissées au fil des siècles. On dit même qu’elle s’est trompée elle-même dans son interprétation des effets de temps en temps. Le gingembre, qui est aussi connu que populaire aujourd’hui, n’augmente pas nécessairement la pulsion chez l’homme. En aucun cas, elle n’entraîne pas une dégénérescence prématurée. De telles erreurs sont également commises par la science exacte d’aujourd’hui. Une telle erreur ne diminue en rien les mérites pour une médecine naturelle et douce à base de plantes.

La méditation aide à lutter contre la migraine
Vers le changement positif de votre santé